Les Cazaban. Une chronique de famille

(împreună cu Eugen Dimitriu)

Éditions Universal Dalsi, Bucarest, 2007

Que devrait-on retenir de l’histoire des Cazaban, au-delà des réussites individuelles? Que si l’on ouvre les yeux, nous allons découvrir des modèles, dans le passé et à nos côtés; que mieux vaut construire des routes, que des frontières; que pour nous réintégrer en l’Europe «du dehors» il faudrait, premièrement, redécouvrir et faire venir l’Europe chez nous, dans nos propres maisons; que la diversité ne signifie pas nécessairement dispersion; et que jouir du pouvoir et de la capacité de bien faire est un grand privilege. Enfin, les Cazaban nous apprennent encore une chose (cette fois-ci pas ceux d’hier, mais ceux qui sont parmi nous et qui sont nombreux): la solidarité d’une famille et la fierté de la continuité. Pour eux, qui ont su survivre élégamment, gardant leur vigueur et leur splendeur, la rhétorique de l’extinction n’a aucun attrait.

Filip-Lucian Iorga